Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

Algue rouge d’eau douce du genre Batrachospermum

Algue rouge d’eau douce du genre Batrachospermum

La découverte d’une rivière pour se rafraichir l’été et aussi l’occasion d’observer la biodiversité la peuplant : poissons, larves d’insectes mais aussi des algues.
Les algues sont souvent vues comme des végétaux proliférants, résultant d’une eutrophisation du milieu, on les considères parfois gênantes, dégoutantes…
Et pourtant leurs observations de près à la loupe ou mieux au microscope, nous révèle toute leur beauté.
La connaissance des macro-algues dans les rivières permet de mieux appréhender ce milieu : qualité de l’eau, biodiversité présente… Elles sont aussi d’une importance fondamentale car elles forment le premier chaînon de la chaîne alimentaire. Elles sont donc indispensables au fonctionnement et à l’équilibre des systèmes aquatiques.

Cet article s’intéresse à un genre d’algue rouge vivant dans les rivières : le genre Batrachospernum.
Découvrir une algue rouge en eau douce est rare puisque près de 98% des plus de 7000 espèces d’algues rouges connues se situent en milieu marin.

C’est donc parti pour un plongeon dans une eau fraiche et claire peuplé d’algues rouges !

 

 

Lieu de vie et observations d’individus de Batrachospermum :

Photo n°1/6 : La Roanne est un affluent de la rivière Drôme, elle prend sa source au sud-est de la commune d’Arnayon, et se jette dans la Drôme, à Espenel. Cette rivière est longue de près de 34 km, elle est souvent apprécié l’été pour la baignade.
On trouve les algues Batrachospernum dans les zones à courant fort.

 

Photo n°2/6 : Ensemble d’algues Batraschospernum fixé sur un rocher dans la rivière. Echelle : l’image fait 50 cm de large.
Elle sont en permanence secouée par le mouvement de l’eau.
Sa couleur varie du vert-olive, vert-jaune, bleu-vert ou comme ici plutôt marron. On ne pense pas du tout qu’il s’agit d’une algue rouge au premier abord.

Photo 3/6 : Un plant d’algue de Batrospermum, elle mesuire ici environ 5 cm de long.
Aspect : Filaments en forme de colliers rappelant une ponte d’amphibien. Cet aspect est à l’origine de son nom :
Batro- v
ient du grec ancien est signifie « grenouille » tout comme dans batracien. Et -spernum signifie « semence, graine ».
Ainsi Batrospernum signifie : ponte de grenouille.
De plus elle est au touché gluante et  gélatineuse, tout comme les pontes de grenouilles.

Observations microscopiques :

Photo 4/6 : Observation à la loupe binoculaire (éclairage par au dessus). On peut noter son aspect global de collier.
Elle est entourée d’un mucilage abondant contenant de nombreux petits grains transparent probablement, grains de calcite.

Ces grains de calcite peuvent avoir deux origines :
-soit ils proviennent de sable environnant piégés dans le mucilage de l’algue.

-soit la photosynthèse de l’algue modifie les conditions chimique locale de l’eau et provoque une précipitation des carbonates comme la calcite, d’où la formation de petits grains.

Photo 5/6 : Observation à la loupe binoculaire (éclairage par dessous).
On observe un axe central portant des verticilles denses de rameaux ramifiés plus ou moins développés.

Photo 6/6 : Observation au microscope optique (X 100).
L’axe central est unisérié (formé d’une seule file de cellules).
Les cellules peuvent être 4 à 10 fois plus longues que larges.

Classification phylogénétique des algues rouges ou rhodophytes :

Les algues rouges ou rhodophytes sont pour la plupart de couleur rouge car elles contiennent un pigment rouge : la phycoérythrine.
La phycoérythrine absorbe surtout les couleurs verte et bleue, c’est pour cela qu’elle apparait rouge. C’est un des caractères commun à tous les rhodophytes.

Les rhodophytes, glaucophytes (un type d’algue unicellulaire) ainsi que les algues vertes et l’ensemble des plantes terrestres font partie de la lignée verte.
L’ensemble des êtres-vivants de la lignée verte ont comme point commun de faire la photosynthèse à l’aide de petits organites cellulaire : les chloroplastes provenant d’une même origine = l’endosymbiose primaire.

L’endosymbiose primaire est l’incorporation au sein de la cellule d’une bactérie photosynthétique.qui peu à peu est devenu un chloroplaste.
Au cours de l’évolution plusieurs endosymbioses ont eu lieu par exemple les algues brunes ont des chloroplastes provenant de l’endosymbiose de cellules d’algues rouges (on parle d’endosymbiose secondaire).

La lignée verte s’appelle celle des archéoplastidés, c’est à dire les organismes à « chloroplastes anciens » car ce sont les premiers eucaryotes à avoir incorporé des bactéries photosynthétiques qui sont ensuite devenus des chloroplastes.

Publication : Mai 2020
Auteur(s) : Pierre-Jean Riou, professeur de SVT

Crédits photos et schémas : Pierre-Jean Riou

 

Bibliographie :

Guide pratique de détermination des algues macroscopiques d’eau douce et de quelques organismes hétérotrophes Christophe Laplace Treyture,Marie Christine Peltre, Elisabeth Lambert, Sylvaine Rodriguez, Jean-Paul Vergon, Christian Chauvin
Classification phylogénétique du vivant, tome 1 et 2, édition 4  Lecointre et Le Guyader

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *