Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

Cénozoïque

LE CÉNOZOÏQUE

Depuis 66 millions d’années

Le cénozoïque (parfois encore appelé tertiaire) est la dernière ère géologique : elle est comprise entre 66 millions d’années et aujourd’hui.
Elle se divise en trois périodes géologique :
-Le paléogène (66 à 23 Ma)
-Le néogène (23 à 2,5 Ma)
-Le quaternaire (2,5 Ma à aujourd’hui).

C’est durant cette ère que le groupe des mammifères ainsi que les oiseaux s’étendent sur l’ensemble de la planète. La végétation est dominée par les plantes à fleurs ou angiospermes apparues auparavant durant l’ère mésozoïque.

Ci-contre, exemple d’un mammifère de l’ère cénozoïque : Hipparion mediterraneum trouvé en Ardèche et datant de 8 millions d’années. Il s’agit d’un proche parent des chevaux actuels. Ce spécimen est exposé au Museum de l’Ardèche.

Lors de la fin du Cénozoïque, le climat terrestre global se refroidit. Ce refroidissement commence vers 2,5 millions d’années, il s’agit du début de la période quaternaire.
Le climat caractéristique du quaternaire est marqué par une alternance de longue période glaciaire (en moyenne plus de 100 000 ans) et  de courtes périodes interglaciaire (en moyenne moins de 10 000 ans), ces variations sont très bien comprises : leurs origines provient des variations des paramètres orbitaux de la Terre.

L’empreinte récente de l’Homme sur Terre :

Depuis la généralisation de l’agriculture sur Terre, il y a plus de 5000 ans, l’Homme a une empreinte de plus en plus importante sur la vie et la géologie de la Terre. Certains scientifique débattent sur la création d’une nouvelle période qui porterait le nom d’anthropocène ( anthropo= être humain) pour mettre en avant l’empreinte de l’homme.
On peut citer notamment : un réchauffement du climat à cause des rejets massif de CO2 dû principalement à la combustion des énergies fossiles (au cours des deux derniers siècles), une diminution des apports sédimentaires dans les mers et océans dû aux barrages, la modification de l’occupation des sols par une agriculture dominante. Les nombreux déchets émis par l’homme : plastique, radioactif, métaux lourds….
Certains scientifiques d’aujourd’hui pensent que dans plusieurs millions d’années on pourra mettre en évidence cette période notamment dans les dépôts sédimentaires.

Photo de gauche : fossile très bien préservée du Cénozoïque, exemple de l’ambre Balte.

Photo de droite : Zoom sur la petite araignée bien préservée dans l’ambre. Elle mesure 3 mm de long, elle est ici observée à la loupe binoculaire.
En savoir plus : http://sciences-nature.fr/araignee-preservee-lambre/ 

Terres cénozoïques d’Ardèche

 

L’Ardèche possède un magnifique gisement de diatomite datant du miocène : 8 millions d’années, il s’agit de la plus grande carrière exploitée en France. Voir photo de gauche.

La diatomite est une roche blanche légère (elle flotte dans l’eau). Cette roche est surtout utilisée pour filtrer les boissons alcoolisées ou l’eau des piscines.

La diatomite est composée de l’accumulation de millions de squelettes de petites algues unicellulaires : les diatomées.
Photo de diatomées vivantes au microscope. Les diatomées sont des algues brunes, enveloppées par un squelette externe siliceux nommé frustule.
L’accumulation de squelettes de diatomées pour former la diatomite se fait dans des contextes bien particulier : des lacs formés par éruption volcanique, l’eau du lac est alors riche en silice, ce qui permet aux diatomées de construire leurs squelettes.

On peut trouver des fossiles très bien préservé dans la diatomite comme des restes végétaux, des insectes, poissons, ou vertébrés.

Comme ci contre, fait rarissime, un coléoptère avec même les couleurs naturelles préservées. (taille 1cm)

Fouilles archéologique sur le site de Maras, en sud Ardèche à Saint-Martin d’Ardèche en 2010.
Ce site a été datée à partir des restes d’outils taillés : il s’agit du Moustérien ( entre 300 000 et 38 000 ans).