Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

Précambrien

LE PRÉCAMBRIEN

Les débuts de l’histoire de la vie

Le précambrien est divisé en trois périodes ou éons :
– L’Hadéen entre 4,56 et 4 milliards d’années : aucune preuve de traces de vie datant de cette période n’a été démontrée. Cependant à la fin de l’Hadéen entre 4,2 et 4 milliards d’années, la Terre était probablement « habitable » : les températures permettaient l’existence de l’eau liquide.
A cette même période, Mars possédait également de l’eau liquide à sa surface. Aujourd’hui, elle a disparue à cause de la perte de son atmosphère.
– L’Archéen entre 4 et 2,5 milliards d’années : les plus anciens fossiles connus datent de cette époque : ce sont des stromatolites, traces d’activités bactériennes. Les plus anciennes stromatolithes datent de 3,5 milliards d’années.

-Le Protérozoïque entre 2,5 milliards  et 541 millions d’années : les premiers organismes pluricellulaires apparaissent lors de cette période.

 

Ci-contre : fossile de stromatolithe poli. 

A quoi ressemblait la Terre il y a 3 milliards d’années durant l’Archéen ?

Schéma, la Terre dans le système solaire, il y a 3 milliards d’années

Notre planète à cette époque est bien différente de celle que l’on connaît aujourd’hui :
Un jour d’une durée de seulement 16 heures, la Lune est bien plus proche dans le ciel, le soleil est moins lumineux et le volcanisme sur la planète est beaucoup plus intense.

La faune Ediacarienne : Première faune complexe d’organismes pluricellulaires

Un fossile de la fin du Protérozoïque : Dickinsonia
Ce spécimen de Dickinsonia se trouve au Muséum de l’Ardèche, taille : 2 cm de diamètre. Ce spécimen a été trouvé en Russie près de la mer Blanche. Il date de 558 millions d’années, durant la période géologique de l’Ediacarien.
C’est en 2018 que Dickinsonia après des analyses biochimiques, fut classé comme le plus ancien animal connu. Les analyses des fossiles ont mis en évidence la présence de cholestérol, molécule caractéristique des animaux. En savoir plus sur cette découverte : http://sciences-nature.fr/dickinsonia-plus-ancien-animal/

Les macrofossiles de l’Ediacarien (-635 à -541 Ma) sont aussi «étranges que la vie sur une autre planète» et ont échappé à la classification taxonomique, avec des interprétations allant des animaux marins ou des protistes unicellulaires géants aux lichens terrestres.
Cette période géologique doit son nom aux collines Ediacara, situées à 650 km au nord d’Adélaïde en Australie.
Les fossiles de ces organismes ont été découverts dans le monde entier et font partie des plus anciens organismes pluricellulaires complexes connus. Voilà près de 600 millions d’années la Terre sort progressivement d’une longue période de glaciation (Cryogénien) la faune de l’Édiacarien se développe lors d’un événement appelé explosion d’Avalon il y a 575 Ma.

Pourquoi si peu de fossiles du Précambrien ?

La Terre est une planète active dont la surface est sans cesse remodelée principalement par l’érosion, la tectonique des plaques et le volcanisme.
De ces faits, les roches datant du précambrien restent rares à la surface de la Terre : la plupart ont été altérées ou métamorphisées.
De plus, les organismes à coquilles et squelette ne sont apparus que tardivement dans l’histoire de la vie : durant le précambrien, aucun être vivant ne possède des parties solides qui se fossilisent facilement.
On retrouve donc des fossiles de cette époque seulement dans des gisements où les parties molles des organismes ont pu être préservées grâce à des conditions particulières (manque d’oxygène, organismes recouvert rapidement….).
Tout en sachant que la plupart de ces gisements ont été détruis au cours de l’histoire de la Terre.

Ce n’est qu’au Cambrien, entre 540 et 485 M.a. que les premiers organismes à coquille, à carapaces ainsi que les premiers vertébrés apparaissent avec une diversification massive du vivant.
Coquille, carapaces et os se fossilisent beaucoup plus facilement que des organes mous. C’est donc à partir du Cambrien que l’on retrouve de nombreux fossiles dans les dépôts sédimentaires.