Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

Origine des abeilles et abeilles fossiles dans la diatomite de Saint-Bauzile

Origine des abeilles et abeilles fossiles dans la diatomite de Saint-Bauzile

La récente publication du 29 janvier 2020 par le professeur George Poinar Jr. de l’Université d’Etat de l’Oregon (USA), dans la revue BioOne du Stuttgart state Museum of Natural History, concernant la découverte du plus vieux fossile d’abeille dans un morceau d’ambre provenant de Myanmar (ex-Birmanie) a attiré notre attention sur les fossiles d’abeilles.
Nommée Discoscapa apicula (voir photo de droite) par son découvreur, elle constitue peut-être le chaînon manquant entre la guêpe et l’abeille. Il y a environ 100 millions d’années au Crétacé moyen, en pleine époque des grands dinosaures, cette femelle abeille primitive butinait les premières plantes à fleurs.
En savoir plus sur :  le site de science et avenir

Cette récente découverte attire notre attention sur deux sujets :

-L’origine des abeilles

-Et les fossiles d’abeilles dans la diatomite de Saint Bauzile dont nous disposons certains spécimens au Muséum de l’Ardèche.

L’origine des abeilles :

Quand on pense aux abeilles, on pense souvent au genre Apis qui regroupe moins de 10 espèces d’abeilles sociales qui produisent beaucoup de miel. La plus connue étant Apis mellifera qui est
domestiquée.
Les membres de ce genre sont communément désignés par le terme abeilles, quoique ce terme puisse désigner aussi les taxons supérieurs : Antophila – Apidés – Apini.
Pour connaître l’origine des abeilles du genre Apis, il faut regarder les plus anciens fossiles connus de ces taxons supérieurs : les abeilles sont des insectes de l’ordre de Hyménoptères, du groupe des Antophila (abeilles au sens scientifique), de la famille des apidés et de la tribu des Apini.
C’est ce que montre le texte et la figure bilan ci-dessous :

-Les abeilles sont des insectes de l’ordre des hyménoptères (guêpes, fourmis, abeilles…).
Les plus anciens fossiles d’hyménoptères connues datent du trias supérieur (230 millions d’années) avec par exemple le fossile Archexyela ipswichensis décrit à l’aide d’un reste d’aile découvert en Australie.

-Le fossile de Discoscapa apicula est aujourd’hui le plus ancien fossile connu du groupe des abeilles (Anthophila) et il date d’environ 100 millions d’années. Au moins 20 000 espèces d’abeilles sont répertoriées sur la planète à ce jour.

-Au sein des abeilles, on a la famille des Apidés : c’est la famille d’abeilles la plus large et diversifiée, avec plus de 5700 espèces. Elle comprend des abeilles solitaires, parasites et sociales. On y trouve notamment les abeilles à miel- Apis mellifera.

Les Apini sont une tribu de la famille des Apidés et dont le seul genre encore vivant est Apis.
Les plus anciens fossiles d’Apini sont connues il y a environ 30 millions d’années avec par exemple Apis Cuenoti découvert à Céreste dans le sud-est de la France.
Il n’y a pas de fossiles incontestables d’Apis au Pliocène (5 millions d’années), l’abeille mellifère actuelle Apis mellifera apparait dans les gisements de copal d’Afrique de l’Est du Pléistocène supérieur ou plus jeunes (entre 120 000 et 10 000 ans).

Figure bilan des découvertes fossiles montrant les origines des abeilles :

Abeilles fossiles dans la diatomite du site de la montagne d’Andance
(Saint Bauzile, Ardèche) :

La collection d’insectes présentée au Muséum de l’Ardèche provenant des gisements de diatomite ardéchois, en particulier de la montagne d’Andance (plus connue sous le nom de gisement de Saint Bauzile), est remarquable tant par la diversité (au moins 50 familles présentes) que par la conservation des spécimens.
La paléodiversité entomologique de ce gisement a permis d’apporter d’intéressantes précisions au point de vue écologique et climatique. Trois Ordres d’Insectes dominent et représentent 60 % des découvertes : les Hyménoptères, les Coléoptères et les Isoptères(termites). Tous témoignent d’un milieu essentiellement forestier.

La présence d’hyménoptères dans les diatomites de l’Ardèche est connue depuis le début du 19 ème siècle grâce à Faujas de Saint Fons en 1815. La description d’abeilles meillifères dans les dépôts de diatomites de la montagne d’Andance est récente : les Hyménoptères représentent 23 % de l’entomofaune fossile (B Riou,1988). Mise à part le cas de la conservation dans l’ambre, la détermination des spécimens fossiles d’abeilles au niveau de l’espèce est extremement complexe, car il faut avoir la précision d’observation des organes génitaux.

Près d’une quinzaine de spécimens sont conservés dans les collections du Muséum de l’Ardèche. Trois espèces différentes sont actuellement répertoriées.
Voir ci-dessous la description de ces 3 espèces fossiles.

Deux spécimens de Apis sp.I(d’après Nel et al. 1999) vue dorsale.
Il s’agit de l’espèce qui représente la majorité des découvertes sur le site. C’est la plus grande des trois espèces avec 20 mm de long.

Apis Bombiformis (Riou 1988)- 18 mm de long

Photo de gauche : spécimen original
Photo de droite : spécimen reconstitué à partir du logiciel paint.net grâce au spécimen original.

 

Apis sp.J (d’après Nel et al. 1999) est la plus petite abeille connue sur le site de Saint Bauzile avec 12 mm de long.
photo de gauche : vue dorsale
Photo de droite : vue ventrale
Cette espèce est connue uniquement par trois spécimens, dont deux présentes dans les collections du Muséum de l’ Ardèche à Balazuc.

 

Vue d’avion de la carrière de diatomites de Saint Bauzile en Ardèche. L’ensemble des fossiles d’abeilles présentées auparavant proviennent de cette carrière. Cette carrière se situe en haut d’une colline appelée montagne d’Andance.

 

Cette préservation remarquable s’explique par la constitution de la roche – la diatomite (voir ci-contre photo de gauche) -,  exclusivement composée de squelettes siliceux de diatomées (voir photo de droite diatomées actuelles observées au microscope au X 100).
Ce milieu sédimentaire stérile a entrainé une véritable momification des organismes.

 

Publication : Avril 2020
Auteur(s) : Bernard Riou, paléontologue et co-fondateur du Muséum de l’Ardèche

Crédits photos : Benrard Riou
Crédits figure :
« bilan des découvertes fossiles montrant les origines des abeilles » Pierre-Jean Riou, professeur de SVT

 

Bibliographie :

Balazuc J., 1989 -Quelques insectes fossiles des diatomites de Saint-Bauzile (Ardèche), Bull. mens. Soc. linn. Lyon,  58 (8) : 240-245.

Civet, C., 1976 – Arthropodes fossiles de la montagne d’Andance (Massif du Coiron, Ardèche).
La Physiophile, 84 : 36-45.

Faujas de Saint-Fond, B., 1815 – Nouvelle notice sur les plantes fossiles renfermées dans un schiste marneux des environs de Chomérac et de Rochessauve, département de l’Ardèche

Mém. Mus. Hist. Nat., Paris, 2 : 444-459.

Nel, A., Marti´Nez-Delclo` S, X., Arillo, A. and Pen˜ Alver, E.  1999 -A review oh the Eurasian fossil species of the bee Apis. Palaeontology, Vol. 42, Part 2, pp. 243–285, 2 pls

Riou, B., 1988 – Les insectes du Miocène supérieur de la montagne d’Andance (Ardèche).
Implications paléoclimatiques et paléogéographiques. Thèse E.P.H.E., univ. Bourgogne, 1-280

Riou, B., 1995 – Les fossiles des diatomites du Miocène supérieur de la montagne d’Andance
(Ardèche, France). Géol. Méditerranéenne, 22 : 1-15.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *