Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

La mousse des dunes : Tortula ruraliformis

La mousse des dunes : Tortula ruraliformis

En se baladant le long du littoral, on peut observer de nombreuses espèces végétales vivant dans le sable des dunes. La dune est un milieu de vie très particulier qui est extrême (humidité, salinité, température…). Cet article s’intéresse aux mousses des dunes : Tortula ruraliformis.

Photo de gauche : Vue sur la côte Bretonne d’une dune. On observe sur cette dune de nombreuses graminées : ce sont des oyats (Ammophila arenaria). On trouve également un tapis de mousses des dunes : Tortula ruraliformis.
Photo de droite : Zoom sur Tortula ruraliformis. Ici la mousse est hydratée : ses feuilles sont déployées.
Lorsque la mousse est déshydratée, ses feuilles sont recroquevillées, on parle de phase de dessication.

La dune, un milieu sec :

Une dune littorale est une accumulation de sable provoquée par les vents à partir de plages littorales et par fixation du sable par la végétation. Une diversité de végétaux vivent dans ce milieu aux caractéristiques particulières  : salinité variable, faible rétention d’eau, forts vents, substrat mobile… On y trouve par exemple l’oyat, le liseron des dunes ou le panicaut maritime.

Le sable des dunes est un ensemble de petites particules entre 2mm à 0,2mm de diamètre. La majorité de ce sable est siliceux : il s’agit de grains de quartz, il peut aussi contenir des débris bioclastiques (fragments de coquilles…).
La granulométrie du sable provoque une faible rétention d’eau. De ce fait, dès qu’il y a une période sans pluie, le sable ne contient plus d’eau et la dune devient un milieu sec.

Chez les plantes des dunes certaines adpatations permettant de survivre en cas de stress hydrique ont été sélectionnées :
Par exemple, l’Oyat a une stratégie de résistance : elle diminue les pertes d’eau en diminuant les surfaces d’échanges avec l’air, ses feuilles sont plus ou moins enroulées, elles ont une cuticule épaisse…

Pour la mousse des dunes, il s’agit d’une stratégie de tolérance : elle est reviviscente.

La reviviscence de la mousse des dunes :

Durant les périodes sèches, elle perd jusqu’à 90 % de son eau interne et passe alors progressivement en vie ralentie ou anhydrobiose : on parle de dessication avec arrêt de la croissance et du métabolisme. Durant cet état, ses feuilles s’enroulent autour de la tige centrale. Par la suite, elle peut se réhydrater en quelques minutes et reprendre une vie normale. Sa réhydratation rapide provoque le déroulement et l’étalement des feuilles : en se déployant brusquement elles éjectent les grains de sable qui les recouvrent. Ce mécanisme permet de limiter l’ensablement.
Photo ci-contre : mousse hydratée avec ses feuilles dépliées.

Auteur(s) : Pierre-Jean Riou, professeur de SVT
Crédits photos :  Pierre-Jean Riou
Publication :  décembre 2019

D’après :

-La végétation dunaire et sa dynamique – Complément d’excursion en préparation Agrégation SVT – M.A Selosse, O. Manneville et D. Busti

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *