Sciences et Nature-le moustique tigre une espece invasive potentiellement très dangereuse

Le moustique tigre : une espèce invasive potentiellement très dangereuse

Le moustique tigre (Aedes albopictus) est un insecte de l’ordre des diptères (mouches et moustique).

Photo de gauche : Pontes et larves de moustiques dans un pot de fleur laissé à l’abandon dans un jardin. Une ponte est composée de plusieurs centaines d’œufs accolés, comme peut le montrer le zoom sur la photo.

Photo de droite : Une femelle moustique tigre (2 mm) vient de piquer l’auteur de cet article et lui suce son sang pour se nourrir. (Le moustique a bien finit écrasé !)

Comment reconnaître le moustique tigre ?

On peut distinguer le moustique tigre du moustique commun par un certains nombres de caractéristiques :

-Il est petit : il mesure seulement 2 mm, le moustique commun mesure 7mm.
-On le reconnaît très facilement à ses rayures blanches et noires.
-Il n’émet que très peu de bruit lors de son vol.
-Le moustique commun vole et se nourrit surtout en soirée et durant la nuit alors que le moustique tigre lui se nourrit en pleine journée avec un pic d’agressivité à l’aube et un autre au crépuscule.

Le moustique tigre est donc pour l’Homme beaucoup plus dérangeant : Il pique en plein jour, il est tout petit et ne fait pas de bruit lors de son vol, beaucoup plus difficile alors de se rendre compte que l’on se fait piquer.

Le moustique tigre : une espèce invasive vectrice de maladies tropicales :

Le moustique  tigre est originaire de l’Asie du Sud-Est. Il s’est étendu à l’Afrique, aux Amériques, et à l’Europe dès 1979.
En Europe, ce moustique est observé en Italie depuis le début des années 1990. Depuis son débarquement en Italie via probablement des vieux pneus importés, cet insecte n’a fait qu’augmenter son aire de répartition : Monténégro, Croatie, France, Allemagne, Belgique ou Pays-Bas.
Le réchauffement climatique pourrait être un facteur d’expansion vers les zones tempérées et plus en altitude.
Le moustique tigre est surtout le vecteur de maladies tropicales comme la dengue et le chikungunya, ou le virus Zika dont le risque d’épidémie en métropole devient chaque année un peu plus plausible.

 

Comment lutter contre le moustique tigre ?

La lutte la plus simple à l’échelle individuelle est d’empêcher le développement de larves dans de l’eau stagnante, en la supprimant.

De très nombreux endroits parfois insoupçonnés peuvent contenir de l’eau stagnante : arrosoir, soucoupes de pots de fleurs, descente de gouttière, égouts, creux d’arbres, vieux pneus, bassins divers, fût d’eau de pluie… Une infime surface d’eau stagnante suffit. Le mieux est de passer régulièrement le jardin au peigne fin pour les éliminer.
Dans certaines régions très propices aux moustiques (zones humides ou marécageuses), ces mesures ne suffiront pas. Il est donc nécessaire de se protéger individuellement à partir de moustiquaires et de produits répulsifs.

D’après :

-Observations sur le terrains

-https://fr.wikipedia.org/wiki/Aedes_albopictus

-https://www.sciencesetavenir.fr/sante/le-moustique-tigre-est-de-retour-en-france-comment-lutter_12525


Posté par Pierre-Jean Riou le 8 août 2018