Muséum de l'ardèche 344 chemin de Cournazou
04 28 40 00 35
contact@museum-ardeche.fr

Une punaise qui flotte sur l’eau : le gerris

Une punaise qui flotte sur l’eau : le gerris

Une punaise qui flotte sur l’eau : le gerris

Communément mais à tort appelé « araignée d’eau » le Gerris lacustris est un insecte de la famille des Hémiptères (punaises, cigales…) reconnaissables grâce à leur rostre piqueur leur permettant leur alimentation. Le gerris est donc une punaise d’eau. Sur les 90 000 espèces d’hémiptères connus, 4000 sont aquatiques.

Il vit à la surface de l’eau, c’est un prédateur qui se nourrit des insectes qui tombent et se noient à la surface de l’eau : il les pique avec son rostre et aspire leur hémolymphe (sang des arthropodes).

Proche de sa tête, il a deux petites pattes qui permettent de garder la proie près du rostre suceur.
Les quatre autres pattes ont une taille comparable à celle de son corps et se situant de part et d’autre de celui-ci en formant un X.
C’est ses longues pattes qui permettent la répartition du poids sur toute la surface de l’eau et empêche le gerris de couler : c’est le phénomène de la tension superficielle.
La tension superficielle est une force qui existe au niveau d’une interface qui sépare deux milieux différents, comme l’air et l’eau. Cette tension s’observe au niveau de chaque contact entre l’eau et les pattes : il y a des petits trous topographiques dans l’eau.

Mais la tension superficielle ne suffit pas ! En effet, le gerris peut rester en surface et se déplacer grâce à de minuscules poils à l’extrémité de ses six pattes. La structure nanoscopique de ces poils permet le maintient d’une bulle d’air à l’extrémité de chaque pattes, bulle d’air sur laquelle le gerris flotte en quelque sorte.

D’après :

Classification phylogénétique du vivant Tome 1- 4ième édition-Le Guyader, Lecointre

national.udppc.asso.fr/attachments/Memoires…/Mmoire_Marcher_sur_l-eau_final.pdf

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/les-precieux-poils-du-gerris_5257

Article rédigé par : Mathilde Maillefaud

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *