Pyrite de forme cubique - Paléodécouvertes : Portail sciences

Pyrite de forme cubique

Auteur(s) :  Pierre-Jean Riou, professeur de SVT
Publié le : 01 mars 2019
Crédit photo : Pierre-Jean Riou

Photo de gauche : Ensemble de cubes de pyrite présent dans un calcaire espagnol.
Photo de droite : Zoom sur le plus gros cube de pyrite, il mesure ici environ  1,5 cm de côté. On peut trouver dans le site de Navajun des cubes de plus de 10 cm de côté.

La pyrite est un sulfure de fer de formule chimique FeS2, c’est un minéral abondant.
Son éclat et sa couleur peuvent faire penser à de l’or, d’où son surnom : l’or des fous. Mais c’est un or qui peut rouiller…
Elle se forme surtout dans les sédiments contenant de la matière organique.
La pyrite a un système cristallin cubique.
Sa dureté est de 6,5 sur l’échelle de Mohs, ce qui est légèrement moins que le quartz qui a une dureté de 7 et un peu plus que l’orthose qui a une dureté de 6.
L’utilisation principale de la pyrite est la fabrication d’acide sulfurique.

Origine du système cristallin d’un minéral :

Les minéraux se caractérisent par leur composition chimique et leur organisation cristalline.

L’état cristallin se traduit par le fait que, si les minéraux ne sont pas gênés dans leur croissance par d’autres corps, ils se présentent en cristaux plus ou moins développés, limités par des faces planes. On dit alors que le cristal a ses formes propres ou automorphe.
Pour une même espèce cristalline les angles entre ces faces sont constants. Cette constante reflète la structure intime des cristaux qui est déterminée par l’arrangement des atomes.
On parle alors de maille cristalline élémentaire: il s’agit de la forme du cristal à la plus petite échelle, qui correspond à la liaisons d’un certains nombre d’atomes.

Les cristaux les plus simples peuvent être décrits par une maille cubique que la géométrie du cube permet de caractériser.
C’est cette organisation atomique en maille cristalline élémentaire de forme géométrique qui explique que l’on trouve des minéraux comme ici à l’échelle macroscopique la pyrite cubique avec des formes géométriques parfaites.

La pyrite de la région de Cameros (Espagne) :

Les sédiments (marnes et calcaires) du bassin de Cameros ont été déposés du Jurassique supérieur au Crétacé inférieur et forment un ensemble de couches dont l’épaisseur atteint 9000 mètres. Tous ces dépôts sont d’origine continentale, alluviale et lacustre, avec de très rares incursions marines. La partie Est du bassin a été tardivement affectée par un métamorphisme régional de faible intensité, et c’est précisément dans cette zone que se rencontrent les gisements de pyrite. Leur formation s’explique par l’évolution chimique des minéraux sous l’influence d’un métamorphisme hydrothermal provoqué par la circulation de fluides chauds et chargés en éléments sulfurés. Une eau chaude peut contenir en solutions de nombreux éléments dissous, qui lors d’une diminution de température peuvent se déposer.

D’après :

Le guide du géologue amateur. Alain Foucault
-Programme officiel de SVT – 2019 -1ère tronc commun
Curiosités minérales, collection du musée de minéralogie de Mines ParisTech. –  Didier Nectoux, Cyrille Benhamou, Jean-Michel Le Cleac`h
La grande encyclopédie des minéraux –  Rudolf Duda, Lubos Rejl
Persee.fr : Les pyrites de la province de la Rioja (Espagne), résumé de la conférence de Jeanne et Bernard Lelong en 2003

Page en lien sur Sciences-Nature.fr : La malachite, un carbonate de cuivre hydraté


Posté par Pierre-Jean Riou le 1 mars 2019