Sciences et Nature - Pseudomorphoses de sels et ripple-marks dans un grès

Pseudomorphose de sel (halite) et ripple marks : deux figures sédimentaires dans un grès

Auteur(s) : Pierre-Jean Riou, professeur de SVT
Crédits photos :  Pierre-Jean Riou
Publication :  17/03/2019

Photo de gauche : Échantillon de grès Ardéchois de près de 50 cm de long. Cet échantillon est exposé au Muséum de l’Ardèche à Balazuc. On y observe des Ripple-marks ou rides de vagues ainsi que de petites structures centimétriques : les pseudomorphoses (moulages naturels) de cristaux de sels.

Photo de droite : Zoom sur l’échantillon de grès : on observe ici en détails plusieurs pseudomorphoses (moulages naturels) de cristaux de sels de forme cubique. Les plus grands cristaux de sels mesurent 1cm de côté. Les anciens cristaux de sels se voient sous la forme de nombreux cubes en saillies.

Qu’est ce que les ripple-marks ?
Les ripple-marks désignent des rides allongées, parallèles et régulièrement espacées, qu’on peut observer dans les sédiments sableux d’origine marine, lacustre ou fluviatile.
Dans cet échantillon, ces figures sont contenues dans un grès : roche composée de sable compacté.
Elles datent ici du Trias : 230 millions d’années.

 

Comment c’est formé ce moulage naturel des cristaux de sel ? Qu’est ce que la pseudomorphose ?
La pseudomorphose correspond à la transformation d’un minéral en un autre minéral avec préservation de la structure du minéral originel.

Ici il s’agit des cristaux de sels qui ont été remplacés par des dépôts sédimentaires (sables) qui sous l’effet de la pression et température sont devenus du grès qui à conservé la forme originel du minéral : le cube.
Chronologiquement :
-Il y a eu tout d’abord formation de cristaux de sel (ou halite) à la surface des sédiments pendant une période d’exondation et d’évaporation. Le sel a un système cristallin cubique, on a donc formation de cristaux cubique de sel.
-Puis au retour de l’eau, les cristaux de sels se sont dissout, il reste alors des cavités géométriques à la surface du sédiment.
-La couche sédimentaire suivante remplit alors les cavités et les moule.
-L’ensemble de ces sédiments sous l’effet de la pression et la chaleur (diagenèse) se transforme en roche : le grès.

 

Conclusion : reconstitution du paléoenvironnement
La présence de rides de vagues ainsi que les pseudomorphoses de sels démontre un environnement où il y avait des courants d’eau salée qui correspondes à un ancien bord de mer.
Cet échantillon nous montre ainsi qu’au Trias en sud Ardèche, il y avait une plage en bord de mer où se déposait du sable.
Cette mer était en réalité un océan aujourd’hui disparu : l’océan Téthys. C’est au cours du Trias que la Pangée (continent unique) se disloque et l’océan Téthys se forme.
L’ensemble de ces figures sédimentaires ont été amenées en altitude lors de la formation des Alpes par le processus de collision de plaques (Eurasienne et Africaine).

D’après :

Pétrographie et environnements sédimentaires , Luxembourg et Suisse. J-F Deconinck, B. Brigaud, P. Pellenard

http://planet-terre.ens-lyon.fr/image-de-la-semaine/Img74-2004-03-15.xml

Page en lien sur Sciences-Nature.fr  :

-Ripple-marks dans l’Alpe d’Huez.


Posté par Pierre-Jean Riou le 17 mars 2019