Feuille d'ortie avec ses poils urticants. - Paléodécouvertes : Portail sciences

Feuille d’ortie avec ses poils urticants :

Auteur(s) : Pierre-Jean Riou, professeur de SVT
Crédits photos :  Pierre-Jean Riou
Publication :  08/05/2019

Photo : Feuille d’ortie avec un zoom sur les poils épidermiques qui sont urticants. Ces poils sont petits (1 à 2 mm) et très nombreux, ils se situent sur les deux faces de la feuille.

L’ortie, une urticacée

Les urticacées sont une petite famille d’herbes souvent urticantes (10 espèces), dicotylédones à fleurs minuscules, unisexuées sans pétale.
Il existe en France 5 espèces d’orties.
Attention il existe deux espèces de fausses orties : il s’agit de l’ortie jaune et de l’ortie blanche qui sont en réalité des lamiers de la famille des lamiacées. On les différencies facilement des orties car elles ne possèdent pas de poils urticants et elles ont de grandes fleurs.

Les poils urticants de l’ortie :

Les poils urticants des orties sont des poils unicellulaires épidermiques. On observe bien la structure de ces poils sur la photo : il possède un embout très pointu ainsi qu’une base arrondie.
La pointe est constitué de silice, c’est elle qui s’enfonce et que se casse dans la peau, injectant alors un liquide urticant.
Ce liquide urticant contient de l‘acide formique que l’on retrouve aussi chez certaines fourmis.
Il contient également de l’histamine. L’histamine est une petite molécule que l’on trouve naturellement dans notre corps et qui a une fonction de communication et signalisation notamment dans le système immunitaire  : ce sont des médiateurs de l’inflammation.
Ainsi l’entrée massive dans notre peau d’acide formique et d’histamine provoque une inflammation et une sensation de brûlure intense.
Ces poils urticants protègent les orties de certains herbivores.

 

Quelques utilisations des orties

L’ortie permet la fabrication de purin d’ortie, par macération d’orties hachées dans de l’eau pendant quelques jours à l’abri de la lumière. Il sert de fongicide (contre le mildiou), d’insecticide (contre les pucerons et acariens) et d’activateur ou de régulateur de croissance des végétaux.

Elles sont utilisées en soupe, soufflés ou en remplacement des épinards.

D’après :

Petite flore de France, de Belgique, Luxembourg et Suisse. Thomas, Busti,Maillart
-https://fr.wikipedia.org/wiki/Ortie

Page en lien sur Sciences-Nature.fr  :

-Biodiversité végétale


Posté par Pierre-Jean Riou le 8 mai 2019